Les premiers travaux

Les premiers travaux

En ce début de siècle, les techniques employées par Fulgence Bienvenüe apparaissaient comme en avance sur leur temps.

Travaux de la ligne 1 Rue de Rivoli au niveau du Palais-Royal

L'essentiel de la ligne 1 a été construit à ciel ouvert, grâce à des chantiers installés sur la voie publique. Les travaux, conduits par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Fulgence Bienvenüe, débutèrent fin 1898 et n'ont ainsi duré que 17 mois. La ligne est établie à faible profondeur, exception faite de Bastille où une petite portion du trajet est en aérien, les ingénieurs hésitant à passer sous le canal Saint-Martin.


Pour le début du XXème siècle, des méthodes révolutionnaires

La construction de la traversée de la Seine sur la ligne 4 se fit par la méthode du "fonçage" à l'air comprimé.
Des caissons métalliques constituant le tunnel étaient assemblés sur place puis enfoncés verticalement dans le lit du fleuve.
La nature du terrain entre l'Ile de la Cité et la place Saint Michel a conduit à retenir également la méthode du fonçage pour les stations Cité et Saint Michel.
L'ossature métallique était montée à l'emplacement exact des stations puis enfoncée dans le sol.


La Station Saint Michel , le Caisson central en premier, assemblé sur place avant d'etre foncés , en direction du Nord

Pour mener à bien les travaux du côté du quai Saint Michel et pouvoir creuser sous le Chemin de fer d'Orléans (l'actuelle ligne C du RER), Fulgence Bienvenüe eut l'idée de congeler le terrain afin de le solidifier. Pendant quarante jours, une usine de congélation installée sur les berges du fleuve injecta dans le terrain une saumure de chlorure de calcium refroidie à -24°C. Le spectacle inattendu d'une Seine gelée attira de nombreux passants aux environs du chantier !


Construction du viaduc du métro aérien sur la circulaire Nord
Pour traverser les voies ferrées des Réseaux Nord et Est, ainsi que le Canal Saint Martin, le plus simple était "d'enjamber" tous ces obstacles par des viaducs. La solution aérienne c'est donc imposée entre Boulevard Barbès (Barbès-Rochechouart depuis 1907) et Rue d'Allemagne (Jaurès depuis 1914), soit deux kilomètres d'un élégant viaduc.


Construction du viaduc d'Austerlitz (ligne 5)

Construction d'un viaduc boulevard de Picpus