La signalisation ferroviaire
( Partie 4 )

Si vous éprouvez des problèmes de lisibilité avec ce document, vous pouvez
modifier la couleur du fond de page, grâce aux trois boutons ci-dessous:
Foncé Moyen Clair

Les pancartes et les panneaux de signalisation

Les panneaux de limitation de vitesse.

Chaque ligne possède une vitesse limite reprise dans le L.M.Tr.(livret de la marche des trains) qui est la vitesse maximale autorisée sur cette ligne. Il est néanmoins nécessaire de limiter la vitesse en certains points particuliers de la ligne (aiguillages, courbes) et sur certaines sections plus longues (successions de courbes, tunnels).L'indication de ces limitations est réalisé par des pancartes ou de tableaux lumineux fixes ou mobiles. Les panneaux fixes sont utilisés lorsque la limitation est valable pour la ligne considérée, et les tableaux et panneaux mobiles le sont lorsque la limitation ne s'adresse qu'aux trains empruntant un itinéraire particulier.

Les panneaux fixes.

Pancarte kilométrique : Km 48,5

Pancarte kilométrique.

La pancarte kilométrique permet de repérer sur une ligne les points de transition de vitesse limite


T.I.V. fixe à distance : 60 Km/h

T.I.V. fixe à distance.

Ce panneaux annonce la vitesse à ne pas dépasser, il est implanté à distance suffisamment loin pour permettre le ralentissement du train avant le passage au point où la vitesse est limitée (T.I.V. = Tableau Indicateur de Vitesse). Ce T.I.V. est utilisé lorsque la chute de vitesse demandée est inférieure à 40 Km/h (différence entre la vitesse limite de ligne et la vitesse limitée).


Pancarte Z : Zone de ralentissement

Pancarte Z.

Cette pancarte repère lorsque cela est nécessaire le début d'une zone à franchir à vitesse limitée.


Pancarte R : Reprise de la vitesse normale

Pancarte R.

Cette pancarte marque la fin d'une zone à vitesse limitée, et autorise le mécanicien à reprendre une vitesse normale.


T.I.V. fixe à distance : 50 Km/h

T.I.V. fixe à distance du type ordinaire.

Ce T.I.V est utilisé lorsque la chute de vitesse demandée est supérieure à 40 Km/h (différence entre la vitesse limite de ligne et la vitesse limitée). Il est également équipé pour la répétition en cabine (crocodile).


T.I.V. fixe à distance de type B : 155 Km/h
T.I.V. fixe à distance du type B.

Ce T.I.V. est utilisé quand la limitation ne s'applique qu'aux trains autorisés à circuler à plus de 140 Km/h.


T.I.V. fixe à distance de type C : 120 Km/h

T.I.V. fixe à distance du type C.

Ce T.I.V. est utilisé quand la limitation ne s'applique qu'aux autorails et automotrices.


Tableau P

Tableau P.

Le tableau P ne s'adresse qu'aux trains dont la vitesse limite est supérieure à 160 Km/h. Il commande au mécanicien de réduire sa vitesse afin d'être en mesure de franchir à moins de 160 Km/h le T.I.V. à distance préannoncé.


Quelques exemples d'implantation de T.I.V. fixes :

Schéma d'implantation d'un T.I.V. fixe
Implantation d'un T.I.V. 100, et des pancartes Z et R.

Schéma d'implantation de T.I.V. fixes
Implantation des T.I.V. 100, 130 de type C et 135 de type B, ainsi que des pancartes Z et R.

Schéma d'implantation d'un T.I.V. fixe avant une courbe
Implantation d'un T.I.V. 120 avant une courbe.

Les panneaux mobiles.

Lorsque c'est possible on utilise les signaux de ralentissement 30 ou 60. Cependant si la limitation est supérieure à 60 Km/h on utilise la signalisation suivante :

T.I.V. à distance mobile : 90 Km/hetT.I.V. à distance mobile : 70 Km/hen forme mécanique

T.I.V. à distance lumineux éffaçable : 70 Km/hen forme moderne rétro-éclairée

T.I.V. à distance mobile.

Ce T.I.V. est implanté à distance de ralentissement du premier aiguillage concerné (ou de la zone concernée). Ce panneau existe sous deux formes : l'une mécanique qui est ancienne et l'autre plus moderne de type lumineux rétro-éclairé.Pour la version mécanique, il présente en outre lorsqu'il est fermé, deux feux blanc clignotants alternativement si la vitesse limite de la ligne sur laquelle il est implanté est supérieure à 120 Km/h, ceci afin de renforcer la visibilité du panneaux. Dans un premier temps ces deux feux blancs étaient aussi implantés sur la version moderne rétro-éclairée, mais comme la luminosité de ces nouveaux panneaux a été jugée suffisante pour une bonne observation par les mécaniciens, ils ne sont désormais plus installés.


T.I.V. de rappel mobile : 80 Km/hen forme mécanique

T.I.V. de rappel moderne éffaçable : 80 Km/hen forme moderne

T.I.V. de rappel mobile.

Ce T.I.V est groupé avec le carré de protection de l'aiguille et rappelle la vitesse à ne pas dépasser. Comme pour le T.I.V. à distance mobile, ce panneau existe sous deux formes : l'une mécanique et l'autre moderne rétro-éclairée.


Tableau P mobile

Tableau P mobile.

Le tableau P mobile ne s'adresse qu'aux trains dont la vitesse limite est supérieure à 160 Km/h. Il commande au mécanicien de réduire sa vitesse afin d'être en mesure de franchir à moins de 160 Km/h le T.I.V. à distance mobile préannoncé.


Les panneaux mobiles en position éffacée.

Les panneaux mobiles utilisés pour les T.I.V. ou la pancarte P, se présentent lorsqu'ils sont ouverts sous la forme d'une bande blanche ou d'une bande blanche discontinue :

T.I.V. à distance mobile : 90 Km/hposition fermée, T.I.V. à distance en position éffacéeposition ouverte

Les deux positions d'un T.I.V. à distance.


T.I.V. à distance lumineux éffaçable : 70 Km/hposition fermée,T.I.V. à distance rétro-éclairé en postion éffacéeposition ouverte

Les deux présentations d'un T.I.V. à distance rétro-éclairé.


T.I.V. de rappel mobile : 80 Km/hposition fermée,T.I.V. en position éffacéeposition ouverte

Les deux positions d'un T.I.V. de rappel.


T.I.V. de rappel moderne éffaçable : 80 Km/hposition fermée,T.I.V. de rappel rétro-éclairé en postion éffacéeposition ouverte

Les deux présentation d'un T.I.V. de rappel rétro-éclairé.


Tableau P mobileposition fermée,Panneau P en position éffacéeposition ouverte

Les deux positions d'une pancarte P.

Les panneaux spécifiques à la traction électrique.

Sur les lignes électrifiées il est fait usage d'une signalisation particulière pour le franchissement de certaines sections, en raison de l'implantation de diverses installations électriques nécessitant des manoeuvres spéciales pour le franchissement.

On utilise à l'attention des trains à traction électrique des signaux spécifiques, sans aucune signification pour les autres trains qui eux doivent les ignorer.

Pour rappel en France la traction électrique se fait sous deux courants différents :

  • En courant continu, 1500 Volts.
  • En courant alternatif 25.000 Volts 50 Hz.

Le courant continu à été utilisé lors des premières électrifications, mais présente le grand défaut de nécessiter de nombreuses sous-stations d'alimentation car le transport du courant continu à cette tension est sujet à pertes sur de longues distances. D'autre part la caténaire est plus lourde qu'en alternatif car elle utilise deux fils de contact et un de support.

Le courant alternatif est un courant plus moderne, il ne présente pas les inconvénients du continu, c'est une solution plus économique.

A l'origine chaque réseau avait son type de courant, et lors de la création de la S.N.C.F. on a conservé les installations en continu car tout changer aurai coûté trop cher. Désormais les nouvelles électrifications de ligne, et la construction des lignes nouvelles (T.G.V.) sont toutes réalisées en alternatif.

Les sectionnements.

Pour des raisons d'alimentation électrique on est obligé d'implanter des zones de sectionnement sur les lignes. En effet la même ligne ne peut être alimentée par la même source d'un bout à l'autre, et on peut donc avoir une ligne alimentée par deux centrales électriques différentes. Comme les deux sources de courant ne sont pas forcément en phase (en alternatif) on ne peut donc pas les relier entre elles. On installe donc sur la voie des sectionnements (zones non alimentées) entre les différentes sections d'alimentation. Pour le franchissement de ces zones, il faut que le courant soit coupé dans le train, afin d'éviter la formation d'arcs électriques. Si vous êtes dans un train de voyageur vous le constaterez par l'abaissement du niveau d'éclairage (si celui-ci est en marche), car l'ouverture du disjoncteur provoque le passage d'alimentation sur batterie, et dans ce cas toutes les lampes ne sont pas maintenues allumées.

Les signaux utilisés pour un sectionnement sont les suivants:

      Panneau : sectionnement à 1000 mIndication à distance du sectionnement.

      Tableau Début de Sectionnement : ouverture du disjoncteurMarque de début du sectionnement.

      Tableau Fin de Sectionnement : rétablissement du disjoncteurMarque de fin du sectionnement.

Les marques de début et de fin sont présentées sous la forme de tableaux lumineux ou de signaux mobiles que l'on peut ouvrir si le sectionnement n'est pas en service. Il existe également une forme du type pancarte fixe qui est utilisée lors de travaux sur les installations caténaire :

      Signal provisoire de début de sectionnementMarque de début du sectionnement - signal provisoire.

      Signal provisoire de fin de sectionnementMarque de fin du sectionnement - signal provisoire.

Le disjoncteur doit être ouvert avant la marque de début de sectionnement, afin de couper l'alimentation en courant depuis la caténaire de toute la rame. La marque de fin du sectionnement commande au mécanicien de refermer le disjoncteur une fois que toute la rame aura franchie cette marque.

Signalisation pour les rames réversibles.

Lorsque les lignes équipées de sectionnements ou de zones avec pantographe baissé, sont fréquement parcourues par des rames réversibles (rame avec cabine de conduite et machine poussante), on installe une pancarte R.E.V. après ces zones :

Cette pancarte est implantée après la pancarte de fin de parcours (sectionnement ou pantographe baissé) à une distance au moins égale à la longueur du plus long convoi en réversibilité autorisé à circuler sur cette ligne. Ainsi lorsque le mécanicien d'une rame marchant en réversiblité (machine poussant en queue de la rame) atteint cette pancarte, il est sûr que la machine a bien dépassé la section critique et peut alors éffectuer le relevage du pantographe ou réactiver le disjoncteur.

Sectionnement avec pancarte REV

Schéma d'implantation de la pancarte REV sur un sectionnement.

Les zones à franchissement pantographe baissé.

Sur les lignes électrifiées il existe des zones intermédiaires entre sections alimentées en courant continu et sections alimentées en courant alternatif. C'est par exemple le cas entre la ligne nouvelle T.G.V-S.E. et la ligne classique S.E. Comme le captage du courant est réalisé par des pantographes adaptés à chaque type de courant, il faut donc franchir ces zones en baissant le pantographe et ensuite relever celui adapté au nouveau type de courant. Même si on utilisait un pantographe multi-courant, il faudrait quand même le baisser pour éviter la formation d'arcs électriques entre les deux types de courant.

On utilise donc les panneaux suivants :

      Signal à distance : baissez pantoIndication à distance - baisser panto.

      Signal d'éxecution : baissez pantoPancarte d'exécution - baisser panto.

      Signal d'éxecution : relevez pantoPancarte de fin de parcours - relever panto.

La première pancarte prévient le mécanicien de l'approche de la zone, la seconde lui commande de couper le disjoncteur et de baisser le pantographe avant son franchissement. La dernière pancarte lui commande de relever le pantographe et rétablir le disjoncteur après avoir effectué la sélection du nouveau courant.

La dernière pancarte porte en plus l'indication du type de courant à utiliser 1,5 Kvolts ou 25 Kvolts.

Cette signalisation existe aussi sous forme de panneaux temporaires,utilisés lors de travaux importants sur la caténaire, ou en attendant la mise en place d'une signalisation définitive.

      Signal temporaire à distance : baissez pantoIndication à distance - baisser panto, signalisation temporaire.

      Signal temporaire d'éxecution : baissez pantoPancarte d'exécution - baisser panto, signalisation temporaire.

      Signal temporaire d'éxecution : relevez pantoPancarte de fin de parcours - relever panto, signalisation temporaire.

La marque de fin de caténaire.

Marque de fin de caténaire

Cette marque est placée sur la caténaire pour indiquer l'endroit que le pantographe ne doit pas franchir. Au delà de cette marque la caténaire est interrompue, c'est le cas sur certaines voies de garage non électrifiées, ou lors du passage d'une ligne électrifiée à une ligne non-électrifiée.

Le jalon à damier bleu et blanc.

Jalon à damier bleu et blanc

Le jalon à damier bleu et blanc est utilisé dans les triages et sur les voies de service. Il a la même signification que le jalon à damier rouge et blanc à la différence qu'il ne s'adresse qu'aux mouvements électriques. Il commande l'arrêt des circulations en marche à vue ou en manoeuvre.

La signalisation des itinéraires particuliers.

Afin de prévenir le mécanicien que son train est dirigé vers un itinéraire particulier on utilise des pancartes ou des tableaux mobiles.

Les indications des voies de service et de manoeuvre.

1. Indications des voies de service

Selon les besoins, on implante les différentes pancartes et tableaux suivants soit sous la forme fixe, soit sous une forme mobile.

Tableau D : Dépôt

Tableau D.

Le tableau D indique au mécanicien que son train est dirigé vers une voie de dépôt.


Tableau G : Garage

Tableau G.

Le tableau G indique au mécanicien que son train est dirigé vers une voie de garage.


Tableau Imp : voie en impasse

Tableau IMP.

Le tableau IMP indique au mécanicien que son train est dirigé vers une voie en impasse.


Tableau Heurtoir à 150 m

Pancarte Heurtoir.

Cette pancarte indique au mécanicien que son train est dirigé vers une voie en impasse dont le heurtoir est situé à la distance indiquée.


Tableau SAS : sas de manoeuvre

Tableau SAS.

Le tableau SAS indique au mécanicien que son train est dirigé vers une voie de sas, c'est à dire une portion de voie en général courte située entre deux carrés. Les sas sont par exemple utilisés pour le refoulement des machines isolées dans les gares terminus.

2. Indications des voies de manoeuvre

Afin de faciliter les manoeuvres sur les voies de service, dans le cas de garage par refoulement ou lors du passage à une butte de débranchement, on utilise un signal lumineux de manoeuvre (S.L.M.). Ce signal est constitué par trois feux blancs qui peuvent présenter les ordres suivants :

Signal lumineux de manoeuvre : tirezTirez - Allumage alterné de deux feux blancs sur une ligne verticale.

Signal lumineux de manoeuvre : arrêtezArrêtez - Extinction des feux.

Signal lumineux de manoeuvre : refoulezRefoulez - Allumage alterné de deux feux blancs sur une ligne horizontale.

Signal lumineux de manoeuvre : fin d'utilisationFin d'utilisation du signal - Allumage des 3 feux pendant 15 secondes.

Lorsqu'un seul signal lumineux n'est pas suffisant (voie en courbe, visibilité réduite), on implante le long de la voie plusieurs S.L.M présentant tous les mêmes indications, afin que le mécanicien puisse recevoir des ordres durant toute la manoeuvre. On place sur chaque S.L.M. une plaque de repèrage constituée par un numéro en chiffres romains, les signaux sont numérotés en ordre dégressif :

Plaque chiffre romain 5Plaque chiffre romain 4Plaque chiffre romain 3Plaque chiffre romain 2Plaque chiffre romain 1

Le signal le plus éloigné de l'aiguille est numéroté I, permetant au mécanicien de repèrer le point qu'il ne doit pas dépasser pour la manoeuvre. Ce qui donne la disposition suivante sur une voie principale utilisée en tiroir pour un garage par refoulement :

Schéma d'implantation des S.L.M.

Lorsque les manoeuvres utilisent une portion de voie sur la ligne normale, ou se rapprochent de celle-ci, on utilise des pancartes pour indiquer au mécanicien la limite qu'il ne doit pas franchir au cours de ces manoeuvres. On peut donc rencontrer les pancartes L.M. et L.G.R.


Pancarte LM : Limite de manoeuvre

Pancarte L.M.
Limite des manoeuvres.

La pancarte L.M. indique le point que les mouvements de manoeuvre ne doivent pas dépasser. Elle est utilisée sur une voie principale pour protéger d'une fermeture intempestive, un passage à niveau. Lors de tels mouvements (garage par refoulement par exemple), le passage à niveau peut rester ouvert puisque les convois ne vont pas jusqu'au point de croisement de la route, mais ils doivent éviter d'atteindre la pédale de déclenchement du P.N. .

Schéma d'implantation de la pancarte L.M.


Pancarte LGR : Limite de garage par refoulement

Pancarte L.G.R.
Limite de garage par refoulement.

La pancarte L.G.R. est utilisée pour indiquer au mécanicien devant garer son train par refoulement, si la longueur de la voie de garage est suffisante pour cette manoeuvre. Cette pancarte est installée sur la voie principale à une distance égale à la longueur de la voie de garage réduite de 30 mètres. Lorsque le convoi ateint la pancarte L.G.R., l'aiguille donnant accès à la voie de garage doit être dégagée pour pouvoir être manoeuvrée; si ce n'est pas le cas alors le train est trop long pour pouvoir être garé sur cette voie.

Schéma d'implantation de la pancarte L.G.R.

Les itinéraires de contresens.

Sur certaines ligne on trouve des sections équipées spécialement et en permanence pour l'utilisation d'itinéraires de contresens. Cet équipement permet de faire passer les trains sur la voie d'à coté (en contresens) lorsque par exemple un incident se produit sur la première voie (par exemple, un train en panne). Si le trafic n'est pas trop dense en sens inverse on peut continuer dans une certaine mesure à exploiter la ligne sans trop de difficultés. Les I.P.C.S. (Installations Permanentes de ContreSens) autorise donc un secours ligne en cas d'incident. Lorsqu'un train emprunte ce genre d'itinéraire, on le lui signale en affichant les tableaux suivants :

Tableau d'entrée d'un itinéraire de contresensT.E.C.S - Tableau d'entrée de contresens.

Ce tableau groupé avec le carré de protection, marque le début de l'itinéraire de contresens. Il est placé juste avant l'aiguillage qui dirige vers la voie opposée.

Tableau de sortie d'un itinéraire de contresensT.S.C.S - Tableau de sortie de contresens.

Ce tableau groupé avec le carré de protection, marque la fin de l'itinéraire de contresens. Il est placé juste avant l'aiguillage qui ramène vers la voie normale.

Le repérage des aiguillages.

Chevron pointe en bas

Lorsque cela est nécessaire on repère la pointe des aiguillages par cette pancarte. C'est le cas lorsque l'aiguillage (ou une série d'aiguillages) est sujet à une limitation de vitesse, ou pour repérer précisément le point de départ d'un itinéraire particulier.

Chevron pointe en haut

Le chevron pointe en haut est utilisé à la sortie des voies de service, ou en sortie de gare sur certaines lignes à voie unique, pour indiquer au mécanicien que plusieurs voies sont commandées par le même signal (signal commun pour un faisceau de voies). Il commande l'arrêt et pourra être franchit après s'être assuré qu'il n'y a pas d'autre circulation sur les voies convergentes.

Implantation de la limite de garage franc

Pour un aiguillage, on place au sol dans l'entrevoie situé entre les deux voies convergentes, une marque appelée "limite de garage franc". Cette marque est constituée par une plaque rectangulaire en béton, peinte en blanc. Elle matérialise le point limite où un train peut s'arrêter sans engager le gabarit de la voie convergente, au delà de cette limite il y a risque de prise en écharpe par un autre train.

La signalisation temporaire.

Il est parfois nécessaire d'implanter temporairement des signaux de limitation de vitesse lors de travaux sur la voie.

La signalisation de travaux.

Pour des travaux ponctuels, mais dont l'importance implique un ralentissement de vitesse on utilise une signalisation particulière. Selon l'espace disponible ces panneaux sont montés soit sur des mâts de travaux, soit placés directement au sol. On utilise les panneaux suivants :

Tableau P de chantier

Tableau P de chantier.

Lorsque le chantier est implanté sur de lignes dont la vitesse limite est supérieure à 160 Km/h, on place un tableau P de préannonce, commandant au mécanicien de réduire sa vitesse pour pouvoir aborder le T.I.V. à distance suivant à moins de 160 Km/h.

T.I.V. à distance de chantier : 40 Km/h

T.I.V. à distance de chantier.

Ce panneau commande au mécanicien de ralentir à la vitesse indiquée avant le chantier annoncé.

Repère de proximité de chantier

Repère de proximité de chantier.

Lorsque le T.I.V. à distance où le panneau P de préannonce sont à visibilité réduite, on emploie ce repère de proximité placé à au moins 100 m de ces panneaux.

Chantier avec vitesse inférieure à 40 Km/h

Chantier dont la vitesse limite est inférieure ou égale à 40 Km/h.

Lorsque la vitesse limite du chantier est inférieure ou égale à 40 Km/h, on place ce panneau avec le T.I.V. à distance. Ce panneau est équipé d'un feu jaune en son centre, pour observation de nuit.

Repère de chantier installé à l'improviste

Repère d'approche du chantier.

Lorsqu'un chantier est installé à l'improviste, on place ce repère 200 m avant le premier panneau (T.I.V. à distance ou pancarte P). Ce repère est équipé en son centre d'un feu blanc à éclats.

T.I.V. d'éxecution de chantier : 40 Km/h

T.I.V d'exécution, de chantier.

Ce T.I.V. marque l'entrée de la zone à vitesse réduite.

Fin de chantier

Panneau de fin de chantier.

Ce panneau marque la fin du chantier et la fin de la limitation de vitesse.

Itinéraire non concerné par le chantier

Itinéraire non concerné par le chantier.

Le T.I.V. à distance (ou le panneau P) sont implantés à une distance telle, qu'elle permet le ralentissement des trains dans des conditions normales. De ce fait, il est possible qu'entre ces panneaux et le chantier se trouvent des aiguillages menants vers d'autres itinéraires. Pour éviter que les trains empruntants ces itinéraires et donc non concernés par le chantier, continuent de ralentir, on place ce panneau pour indiquer au mécanicien qu'il peut reprendre une vitesse normale.

Signalisation des chantiers.

Parfois lorsque les travaux sont importants (renouvellement total de la voie), on utilise certaines pancartes adressées aux trains de travaux utilisés pour le chantier. Pour délimiter la zone où ces trains peuvent circuler on implante la pancarte :

Pancarte Arrêt des trains du chantier

Sur une ligne à double voie non équipée d'installations de contresens, lorsque l'on procède à des travaux importants sur une seule voie, on peut utiliser alors la voie non consignée en voie unique temporaire. On dispose alors sur l'itinéraire de contresens de signaux lumineux temporaire (sur mâts légers), et on place les pancartes suivantes :

Pancarte V.U.T. : Voie unique temporaire

Voie Unique Temporaire.

Ce repère est installé avec le carré de protection qui protège l'aiguillage dirigeant vers la voie en contresens. Il marque le début du parcours de contresens.

Pancarte à distance Fin de V.U.T. : Fin de voie unique temporaire

Repère à distance Fin de Voie Unique Temporaire.

Ce repère annonce à distance la fin du parcours de contresens.

Pancarte Fin de V.U.T. : Fin de voie unique temporaire

Fin de Voie Unique Temporaire.

Ce repère est installé avec le carré de protection qui protège l'aiguillage ramenant vers la voie en contresens. Il marque la fin du parcours de contresens.

La signalisation associée aux gares.

Pour des raisons d'exploitation il est parfois nécessaire d'utiliser une signalisation dans les gares et à leur approche.

Signalisation des gares et arrêts.

Pancarte : Gare de garges à 500 m

Pancarte annonçant une gare dont la visibilité est réduite.

Pancarte : GareouPancarte : Gare

Pancartes annonçant une gare sur une ligne de voie unique.

Pancarte : Arrêt

Pancarte signalant un point d'arrêt.
Le mécanicien doit attendre un ordre verbal de l'agent circulation pour pouvoir la franchir.

Pancarte : Arrêt à 200 m

Pancarte signalant un point d'arrêt distant.
Cette pancarte est placée avant la précèdente lorsque cela est nécessaire.

La signalisation sur les quais des gares.

On implante sur les quais des gares diverses pancartes selon les besoins. Parfois aussi certaines pancartes sont placées dans l'entrevoie, ou entre les deux files de rails.

    Pancarte marquant le point d'arrêt des trains ayant 8 ou 10 voituresPancarte 8V et 10V. Marque le point d'arrêt des trains composés de 8 ou 10 voitures.

    Pancarte marquant le point d'arrêt des trains Pancarte TT. Marque le point d'arrêt des trains (Tête de Train).

    Pancarte marquant le point d'arrêt des trains équipés de l'E.A.S.Pancarte TT EAS. Marque le point d'arrêt pour les trains équipés de l'E.A.S. (Equipement à Agent Seul = écrans de télévision embarquées recevant grâce à une antenne les images des caméras de surveillance placées sur les quais).

    Pancarte marquant le point d'arrêt des trains ayant 8 voituresPancarte 8V. Marque le point d'arrêt des trains composés de 8 voitures.

    Pancarte marquant le point d'arrêt des trains ayant de 4 à 6 voituresPancarte 4V à 6V. Marque le point d'arrêt des trains composés de 4, 5 ou 6 voitures.

Les signaux de départ.

L'autorisation de départ des trains en ligne est donnée normalement par un agent du transport, soit par un signal sonore embarqué (le "ding-ding"), soit par une lanterne verte, soit encore à l'aide du signal à main vert et blanc :

Guidon de départ à mainGuidon à main de départ.

Lanterne verteLanterne de départ.

Cette autorisation de départ peut aussi être donnée par un signal lumineux, la simple ouverture du signal autorisant le départ en ligne. Dans ce cas le signal carré porte une plaque repère mi-blanche, mi-verte :

Plaque mi-blanche, mi-vertePlaque mi-blanche, mi-vert.

On trouve également une signalisation similaire sur les signaux de sortie utilisés dans les dépôts, dans ce cas la signalisation est réalisée par un tableau lumineux mi-blanc, mi-vert clignotant.

Tableau lumineux clignotant mi-blanc, mi-vertTableau lumineux clignotant mi-blanc, mi-vert.

On place également sur certains carrés un plaque "demande de départ", indiquant que le mécanicien doit téléphoner afin d'obtenir l'autorisation de partir, soit une minute avant l'heure de départ prévue, soit s'il constate l'ouverture du carré :

Plaque DD : Demande de départPlaque "Demande de Départ".

Les signaux à main.

Pour certaines manoeuvres on peut utiliser des signaux d'arrêt à main (drapeau, jalon, lanterne) qui commandent au mécanicien de stopper son train avant le point où ils sont placés. Dans certaines gares, on peut par exemple placer un jalon d'arrêt à damier rouge sur le bord d'un quai avant un passage sur les voies. On laisse ainsi le passage libre pour permettre ainsi à un chariot à bagages de traverser les voies sans encombres, un train ne pourra pas venir se placer sur ce passage. Voici la forme que peuvent avoir les signaux à main :

Drapeau rougeDrapeaurouge.

Drapeau rouge de protection d'un chantierDrapeau rouge protégeant une voie de chantier.

Lanterne rougeLanterne rouge.

Jalon d'arrêtJalon d'arrêt à damier rouge et blanc.

La signalisation liée àla radio sol-train.

Les zones équipées de la radio sol-train sont découpées en cantons radio pour lequels on utilise différents canaux de communication. On utilise alors en bordure de chaque canton radio, des pancartes pour indiquer au mécanicien quel sera le canal radio à utiliser dans le canton radio où il pénéttre.
Certains de ces cantons radio sont en outre spécialement équipés pour transmettre en plus de la voix, des données informatiques sur le même canal radio. Cet échange d'informations peut s'éffectuer dans les deux sens : sol vers train et train vers sol. Lorsqu'un canton radio posséde un tel équipement, on adjoint une pancarte TD à la pancarte d'indication du canal radio.

Pancarte : radio sol-train sur canal 6Pancarte commandant au mécanicien de changer de canal radio (liaison sol-train).

Pancarte : radio sol-train Transmission de DonnéesPancarte indiquant que le canton radio est en transmission de données.

La transmission de données permet une utilisation selective de la radio. Sans elle et en utilisation normale, la radio est diffusée sur un seul canal qui est alors reçu par tous les trains et établissements situés dans ce canton radio. Avec la transmission de données et à condition que les machines soient équipées pour traiter ce signal radio, on peut joindre un train particulier ou une gare, sans que les messages soient diffusés à tous. Avant de partir le mécanicien programme le numéro de son train sur un clavier, le système filtre alors les appels entrant et identifie les appels sortant. Grâce au bouton APPEL GARE le mécanicien peut joindre l'établissemnt équipé de la radio, mais s'il veut joindre un train croiseur il utilise alors le bouton APPEL MECANICIEN. L'alerte radio est toujours diffusée à tous les postes, mais par contre le régulateur sera informé par affichage du train qui a déclenché cette alerte. De même pour une alerte VACMA, le régulateur saura tout de suite quel train l'a déclenché, et ne sera plus obligé d'interroger par phonie tous les trains du canton.

La signalisation des obstacles et points particuliers.

Afin de prévenir le mécanicien de certains obstacles on utilise des pancartes spécifiques comme par exemple :

Pancarte : tunnel ou obstaclePancarte indiquant la proximité d'un tunnel, ou d'un obstacle proche du gabarit.

Pancarte indiquant un tunnel mal ventiléPancarte signalant un tunnel à mauvaise ventilation.

Pancarte : SifflezPancarte commandant au mécanicien de lancer un coup de sifflet.

Pancarte de repérage du P.N. 11Pancarte indiquant la proximité d'un passage à niveau (avec son numéro).

Pancarte d'annonce du prochain P.N.Pancarte à distance signalant le prochain passage à niveau.

Limite territoriale de gareRepère placé le long de la voie indiquant les limites territoriales d'une gare (coté blanc vers la gare).

On trouve également des pancartes indiquant une direction donnée en clair, ou encore le nom de la voie empruntée :

Pancarte de repérage de la voie 1Pancarte au sol indiquant que l'on est sur la voie 1.

Pancarte locale de repérage : Entrée JoncherollesPancarteabrégée EJ pour "Entrée Joncherolles", voie d'entrée vers un dépôt banlieue.

Pancarte de repèrage : voie en direction de ChantillyPancarte indiquant que l'on est sur une ligne en direction de Chantilly.

Toutes les pancartes ne sont pas décrite ici, seule les principales y figurent. Il existe d'autres pancartes spéciales, mais on ne rencontre généralement que sur des voies de service ou sur de itinéraires très particuliers, par exemple :

Pancarte L : LavagePancarte L, indiquant la proximité d'installations de lavage.

Pancarte K : Caténaire amoviblePancarte K, indiquant une voie équipée d'un système de caténaire amovible.

Parfois, lorsqu'il n'existe pas de pancarte adaptée, on crée une pancarte avec une indication précise, écrite en clair, par exemple :

Pancarte : Tirez au pied du signalPancarte tirez au pied du signal - Le mécanicien doit avancer son train jusqu'au signal.

Pancarte : Lavage à 200 mPancarte lavage à 200 m, indique que cette voie mène vers des installations de lavage.

Signalisation annexe.

On utilise encore d'autres pancartes pour diverses indications, qui ne sont pas toujours implantées car n'ayant pas un rôle de sécurité mais simplement d'information.

On trouve sur les lignes des pancartes kilométriques et des jalons hectométriques indiquant la distance depuis le point zéro de la ligne. Les pancartes kilométriques sont placées soit sur des poteaux individuels, soit sur un poteau support de caténaire. Les jalons sont en béton peint et plantés dans les talus au bord des voies.


Pancarte kilométrique


Jalon hectométrique.

On trouve trouve également sur les lignes électrifiées, un fléchage indiquant la direction du plus proche téléphone. Ainsi, en cas de problème, le mécanicien qui serait obligé de descendre de sa machine pour téléphoner, saura dans quelle direction se trouve le télephone le plus proche. Ce fléchage est implanté sur les poteaux de caténaire, et, est visible latéralement.

Les téléphones d'alarme permettent de joindre le régulateur sous-station, et seront utilisés par exmple pour demander une coupure d'urgence du courrant caténaire. Ils sont implantés tous les 900 m environ et sont placés sur des poteaux dont la tête est peinte en rouge. On utilise des fléches de couleur rouge pour indiquer la proximité d'un téléphone d'alarme.

et
Fléchage téléphone d'alarme.

Sur des zones particulières (sur certains sectionnement par exemple), des téléphones distincts sont implantés pour joindre soit le régulateur sous-station, soit l'agent circulation (gare ou régulateur d'exploitation). Dans ce cas, le téléphone permettant de se mettre en relation avec l'agent circulation est repéré par un fléchage de couleur verte.

et
Fléchage téléphone de l'agent circulation.

Index général des rubriques Index de la page Page précédente Page suivante

Copyright © 1996-1998, DAVROUX Thierry.
Cette page est compatible avec
NetscapeNETSCAPE et Internet ExplorerINTERNET EXPLORER
Date de dernière mise à jour par T.Davroux : mercredi 25 février 1998.

Repris et modifié (Présentation et Polices) par TRANSURB suite à la fermeture du Site de Thierry Vérifiez le mail...